L’importance de l’étalon pour l’élevage, d’après E.Dijkstra


« Les 40 dernières années, on a pris en compte le nombre de juments Ster produites par un étalon pour juger de son importance pour l’élevage.
Il faut savoir, que dans les années 60, les juges ont souvent baissé les normes pour primer plus de juments Ster, parce que le Stamboek voulait encourager les éleveurs à continuer l’élevage.
Après 1975, avec l’augmentation de la population des chevaux Frisons, les normes sont redevenues normales et plus strictes.
Dans les derniers 40 ans, il y avait à peu près 80 étalons Stud-Book, dont 6 Preferent.
Voici quelques informations de base et ensuite nous compareront les 6 étalons Preferent avec les Stempelhengsten pour savoir ou et pourquoi ils ont donné leur stempel (leur marque) sur l’élevage.
Les Lignées d’élevage ; souvent on parle des lignées d’étalons, comme la lignée Ritske 202, la lignée Tetman 205, la lignée Age 168.
Ritske seulement est Preferent, mais quand on parle de la lutte contre la consanguinité, les deux autres ont eu la même importance. On peut donc donner le titre stempelhengst à Age et à Tetman.
Le danger de la consanguinité ; si nous comparons les étalons des années 60-70, on constate de suite qu’il y avait beaucoup d’alliance entre eux. La population était petite et la consanguinité importante et très dangereuse. La seule solution était de « mélanger » correctement les 3 lignées. Ces 3 lignées étaient très liées et peu après on a commencé à utiliser le coefficient de consanguinité dans les études pour la lutte contre ce problème.
Dans les années 65, nous avons eu avec Ritske 202 P deux autres étalons très importants : Age et Tetman, mais ils n’ont jamais reçu le prédicat Preferent. Ils avaient quand même une grande importance pour l’élevage, donc ils méritent le titre de stempelhengst.
Ulrig 204, fils de Age ; voici donc un étalon qui fut beaucoup utilisé puisqu’il saillit de 1959 jusqu’à 1975. Sur 83 filles qui sont inscrites dans le Stud-Book, 59 ont reçu le prédicat Ster et 3 celui de Model. Un fils d’Ulrig est ainsi inscrit dans le Stud-Book. Ce fils, Ewoud 250, restait sans grande importance pour l’élevage, bien que, sur 44 de ses filles, 33 (75%) aient reçu le prédicat Ster. Ulrig et Ewoud ont donné des chevaux très « luxes ». Les deux n’avaient presque pas d’alliance avec Ritske et descendaient de la lignée de Age. Il n’y a pas eu de suite de la lignée d’Ulrig et d’Ewoud parce que Ewoud a été retiré de l’élevage et Ulrig a eu beaucoup de concurrence de l’étalon Ritske 202 P. Ulrig 204 avait de très bonnes capacités pour l’attelage et il était très demandé pour la lignée de sang libre. On trouve dans sa généalogie 3 fois l’étalon Ynte 130, mais il n’est pas certain que ce soit vraiment un avantage.
La lignée Tetman 205 ; un autre stempelhengst de la période Ritske était l’étalon Tetman 205, qui n’a sailli que durant 5 années de 1959 à 1963. Il eut 20 filles inscrites, dont 8 Ster et 4 Model. Ses deux fils Jarich 226 et Mark 232 Preferent, eurent plus d’importance par la suite. Ces deux étalons ont beaucoup élargi la lignée Tetman, et surtout avec les juments nées de Ritske.
L’étalon Jarich 226, avec 106 filles inscrites, dont 72 Ster et 5 fils Stud-Book, est donc un stempelhengst très important. En 1965, quand il fut inscrit au Stud-Book à l’âge de 3 ans, les éleveurs n’étaient pas très enthousiastes. Jarich avait une grosse tête pas vraiment belle, et avec 1.64 m au garrot, tout le monde trouvait qu’il était beaucoup trop grand. A 3 ans, il était très peu représentatif de la race, mais sa lignée de sang était magnifique avec, en plus, très peu de consanguinité. Sur ces 5 fils inscrits, l’aîné Wessel 237 Preferent, est de loin le plus important. L’autre fils de Tetman, Mark 232 P, avait comme Wessel 237, une mère de Ritske. Ces deux étalons Preferent de la lignée Tetman, ont dominé pendant 20 ans l’élevage des chevaux Frisons. Ils étaient présents au moment ou les éleveurs voulaient des chevaux « modernes », c’est à dire avec une taille supérieure à 1.60 m ; Wessel et Mark ont pu satisfaire à ce critère.
Wessel a eu 6 fils inscrits, dont Oege 267 Preferent. En 1959, Wessel avait 200 filles inscrites, dont 150 Ster et 21 Model. Mark a eu 10 fils inscrits, le plus connu est Hearke 254 Preferent. Mark a eu 215 filles inscrites, dont 133 Ster et 11 Model. Hearke 254 P a donné à son tour encore 9 fils Stud-Book, et l’un d’eux était Reitse 272 P. En 1995, Hearke avait 306 filles inscrites, dont 169 Ster et 5 Model.
Le stempelhengst Jochem 259 ; Mark a eu, avec Hearke, un fils encore très important. C’était Jochem 259, qui fut aussi important pour l’élevage que son demi-frère Hearke. Les descendants de Jochem ont un luxe surprenant, une qualité qui vient surtout de la forte consanguinité de l’étalon Age. On peut en conclure, que c’est peut-être une erreur de parler de lignées, parce que les deux demi-frères Hearke et Jochem ont laissé leurs propres empreintes sur leurs descendants. C’est peut-être le moment de ne plus parler des lignées Tetman, mais d’introduire la lignée Hearke et la lignée Jochem.
Les descendants de Hearke sont d’excellents travailleurs avec un trot sublime.
Ils ont des membres de très bonne qualité, mais un dos un peu mou. Avec Jochem on voit un très joli type, avec une bonne ligne du dessus et des membres d’une qualité un peu inférieure. Les étalons de la lignée Tetman ont grandi les chevaux et c’est d’une importance pour l’avenir du cheval Frison. Les deux fils de Jochem, Tjimme et Tamme, étaient très populaires. Ils ont tous les deux bien marqués leurs descendants, mais ni l’un ni l’autre ne sont devenus très importants pour l’élevage. Par contre Feitse 293 (aujourd’hui Preferent), un autre fils de Jochem, fait une bonne carrière comme étalon. Il faut quand même faire attention à sa taille, parce que Feitse faisait à 4 ans, exactement 1.60 m, comme son fils Tsjerk 328, le minimum pour un étalon Stud-Book. Par contre ces étalons donnent de nombreux chevaux de qualité, ce qui montre bien l’influence prépondérante de l’étalon Jochem, décédé en 1998.
Les descendants de Ritske 202 P ; il est à remarquer que sur les dix fils de Ritske, il n’y en a aucun à qui l’on peut donner le titre stempelhengst. Sans doute l’influence de leur père Ritske était trop dominante par apport aux taux de consanguinité. Cependant les fils de Ritske comme Fokke 217, Freark 218, Hotse 223, et Jetse 225 furent dans leur production masculine beaucoup moins importants que leur contemporain Jarich 226, fils de Tetman 205. Avec la lignée de sang magnifique, Jarich a beaucoup profité des qualités des filles de Ritske. Le plus jeune fils de Ritske, ‘l’étalon Romke 234, a eu quelques chances quand il est revenu en Hollande après 10 ans passé en Tchécoslovaquie. Néanmoins, il n’a pu avoir le titre de stempelhengst. L’étalon Tsjalling 235, un descendant de la lignée Ritske, peut juste avoir le titre stempelhengst. Tsjalling, fils de Hotse 223 a eu 200 filles, 134 ont reçu le prédicat Ster et 5 celui de Model. C’était des chevaux lourds, forts et solides avec très peu de noblesse et parfois un peu paresseux. Tsjalling a donné toutes ces caractéristiques à ses descendants, donc il est bien un stempelhengst, mis à part que tout ce qu’il a donné n’était pas forcément tout positif. Tsjalling avait 7 fils étalons, mais seul Dagho 247 et Jelmer 297 ont eu une certaine importance pendant peu de temps. Par le fils de Tsjalling, Ferdinand 252, issu d’une mère de Ritske, la lignée de Ritske a continué, surtout par le biais de Naen 264.
Ferdinand a sailli très peu de temps, mais il a donné un fils très important : Naen 264. Cet étalon a fortement donné ses empreintes à ses descendants. Par contre, ses caractéristiques étaient vraiment le contraire de son grand-père Tsjalling. Les produits de Naen sont un peu frêles avec des très jolies têtes. Les juges ont eu des remarques sur la qualité des ses membres et les caractéristiques de la race Frisonne. Les produits de Naen sont peu adaptés à l’attelage, mais sont de très bons chevaux sous la selle. Naen a eu 6 fils étalons de qualité suffisante. Jusqu’en 1995, Naen a donné 312 filles inscrites au Stud-Book, dont 123 Ster et 4 Model.
Nous donnerons donc le titre de stempelhengst à Naen, bien que nous sachions que les caractéristiques de la race ont été modifiées par lui.
La lignée Age ; précédemment nous avons déjà parlé de cette lignée avec le fils de Age, l’étalon Ulrig 204. La caractéristique la plus importante de la lignée Age était surtout son luxe avec une tête noble, mais aussi souvent un manque de qualité des postérieurs. Par son fils Gerke 220, l’étalon Bjinse était né en 1970. C’était un étalon très luxe qui avait beaucoup de succès dans les compétitions d’attelage. Après 5 ans de saillies, en 1977, l’étalon est parti en Angleterre, mais il a laissé 2 fils très importants : Lammert 260 et Peke 268.
Le stempelhengst Lammert 260 ; jusqu’en 1995 il y a presque 300 filles de lui inscrites au Stud-Book, 136 Ster et 4 Model. Les juges ont toujours critiqué la façon dont il porte les postérieurs sous lui. La combinaison Lammert x les filles de Hearke 254 P ont souvent donné de très bons résultats. Lammert n’a jamais donné de luxe, typique pour la lignée Age, à ses descendants. Lammert était peu doué pour l’attelage, mais il fut le premier étalon Frison à réussir en dressage dans la catégorie Z. Pendant la période où il était stationné au centre de la Hollande, il a donné une bonne base pour l’élevage dans cette région.
L’étalon Peke 268, l’autre fils de Bjinse, était de type classique et un très bon cheval d’attelage. Il a donné ces caractéristiques à ses descendants et c’est pour cela qu’on lui donne le titre de stempelhengst. Il a donné plusieurs très bon produits, comme Doeke 287 et Tsjomme 329. Peke a eu 165 filles inscrites au Stud-Book, dont 60 Ster et 3 Model.
Ainsi nous pouvons tirer la conclusion que les chevaux Frisons forment une race très uniforme. Maintenant que le nombre de chevaux augmente énormément, nous constatons que se dégagent trois grands types de chevaux. Je vais tenter de vous donner les descriptions des ces trois types en remarquant qu’ils ont tous de très bonnes allures.
Type I : le cheval de type baroque ; ce sont des chevaux un peu lourds, avec des têtes très expressives, une encolure importante et très poilus. Ce type s’est développé surtout pendant la période « agricole ». Ces chevaux n’ont souvent pas de tempérament et sont utilisés pour le loisir ou comme cheval de spectacle. En Allemagne, il est très demandé, parce que c’est un cheval très impressionnant avec des caractéristiques baroques.
Type II : le cheval de type moderne ; c’est un cheval universel qui est doué pour l’attelage et sous la selle. Les caractéristiques de la race sont présentes, mais il est moins poilu. Ses allures larges et sa morphologie élégante sont très recherchées.
Type III : le cheval de type selle ; c’est un cheval qui a perdu pas mal de caractéristiques de la race (Naen en est un bon représentant), mais quand il bouge nous constatons que c’est vraiment un Frison ! Quand ces chevaux n’ont pas de bonnes allures, il ne reste qu’un cheval noir de race non définie. Les deux fils de Naen, Hannes 296 et Jakob 302 donnent de bons produits. L’expérience avec Naen, du type de vrai cheval de selle, redonnent les caractéristiques de la race Frisons à leurs enfants ».