La Dermite Estivale Récidivante

Paru le 11/05/2005
Rédigé par A.S. VIENOT

Avec l’arrivée du printemps, beaucoup de chevaux atteints de DERE(dermite estivale récidivante)vont recommencer à se gratter.

La DERE est une inflammation douloureuse de toutes les couches de la peau et aussi du tissu sous-cutané, due à des piqûres massives de culicoïdes sur un cheval sensibilisé qui développe alors une allergie. Il semble que le jeune cheval(dès l’age de 2 ans) soit plus prédisposé ainsi que certaines races et qu’il y ait un terrain héréditaire.

S’il y a une allergie à la toxine des culicoïdes, il apparaît un eczéma estival très prurigineux.

Les parties du cheval les plus touchées sont la crinière, la queue, le garrot, le dos, la tête et les oreilles, moins souvent des lésions ventrales qui se situent le long de la ligne blanche.

Les lésions sont des nodules, parfois couverts d’une croûte fine.

Tous les vétérinaires sont d’accord pour impliquer les piqûres de culicoïdes dans l’origine de la DERE.Les culicoïdes sont des moucherons. On en voit des nuées autour de nos chevaux aux beaux jours à certains moments de la journée. Plusieurs espèces peuvent être rencontrées.

Toutes les régions de France sont concernées, mais l’ouest de notre pays semble la terre d’élection des culicoïdes. Il se dit souvent que les régions situées au sud de la Loire sont épargnées par la DERE.Cela s’avère complètement faux. Les régions montagneuses et les régions de bord de mer sont touchées à un moindre degré.

Les culicoïdes seraient surtout actifs à certaines périodes de la journée(tôt le matin et à la tombée de la nuit).

La DERE est une affection qui sévit de fin avril à fin octobre, période de reproduction des culicoïdes. Le cheval commence à se gratter la crinière et la queue. Certains chevaux seulement sont sensibles à la toxine des culicoïdes et développent une hypersensibilité, la plupart heureusement n’ont aucune réaction à part le fait d’être importunés par ces sales bestioles.

Si le traitement est compliqué, le diagnostic est facile. Le cheval atteint de DERE a entre 2 et 6 ans (ou plus s’il n’avait pas été en contact avec les culicoïdes auparavant), il vit à l’extérieur ou dans un boxe ouvert. La maladie n’est pas contagieuse. Le début est insidieux, puis les lésions s’aggravent d’année en année si l’ on ne fait rien.

Le symptôme essentiel est le prurit (grattage). Les poils sont hérissés et la peau montre une inflammation, des suintements, qui peuvent entrainer une surinfection comme une dermatite pustuleuse. Le cheval, à force de se gratter, peut se blesser.

Au fil des saisons, on observe une lichénification(épaississement) des lésions, les crins ne repoussent plus. Le cheval devient nerveux, anxieux, et son état général peut se dégrader faute de soins appropriés.

Le diagnostic est donc aisé mais on veillera toutefois à faire appel à l’homme de l’art de manière à ne pas passer à côté d’autres pathologies(teignes, gales, poux, allergies diverses, habronémoses…)

On peut faire un test cutané pour confirmer ce diagnostic.

MESURES A PRENDRE

On tente d’éviter le contact entre le cheval et les culicoïdes

Eviction aussi complète que possible des moucherons responsables : éventuellement mettre dans un pré loin des marécages et des mares(lieu de reproduction des culicoïdes) ; mettre dans un pré ayant un abri offrant suffisamment d’ombre, laisser dedans le jour et sortir de préférence la nuit. Rentrer le cheval dans un boxe fermé est encore mieux(les culicoïdes répugnent à pénétrer dans les bâtiments fermés). La présence d’insecticides dans les écuries offre un certain intérêt.

Appliquer systématiquement des insectifuges efficaces(surtout de longue durée d’action) pendant toute la saison sur toutes les régions atteintes du cheval, ne pas oublier la tête (application avec une éponge) par exemple à base de perméthrine (tri-tec ou reppel-x de chez farnam, émouchine totale).

J’utilise avec succès l’émouchine fresh, mais il faut en mettre tous les jours. Il existe actuellement toute une gamme de produits efficaces…et à tous les prix !

Soins locaux : traiter rapidement les lésions avec un anti-inflammatoire/anti-histaminique externe (hydraderma par exemple).

En cas de surinfection bactérienne(pus) désinfecter (vétédine, mercryl) et en cas de persistance appliquer du predniderm.

. Tenter dès l’automne une désensibilisation de méthode classique avec des extraits de culicoïdes avec votre vétérinaire habituel.

. Chez les chevaux très atteints, on peut envisager de couvrir le corps avec une couverture style moustiquaire (boett-blanket).et la tête avec une capuche imprégnée de produits insecticides.

La corticothérapie : Quand rien ne soulage votre cheval ; à voir avec votre vétérinaire traitant.

TRAITEMENTS DIVERS

J’ai personnellement utilisé un mélange qui utilisé quotidiennement donne de très bons résultats.

- 1000 g de PROPYLENE GLYCOL

-  100 g de BENZOATE DE BENZYLE

-  1 g de PREDNISOLONE

à faire préparer en pharmacie. Bien remuer et appliquer tous les jours sur les lésions.

Cette préparation combine un antiseptique, un insecticide et un anti-inflammatoire.

Traitement homéopatique

Donné par le laboratoire Boiron.

Il est paraît-il très efficace.

Donner dès le mois d’avril : (3 semaines avant les invasions de culicoïdes)

SULFUR 9 CH : une dose par semaine

PVB drainage cutané : 5 ml par jour pendant 3 semaines

Dès les premières attaques de culicoïdes, faire faire en pharmacie un flacon de 125 ml de la préparation suivante, et en donner 5 ml par jour à midi si possible pendant 4/5 jours puis 2 ml à la demande les jours de risque de piqûres :

APIS 15 CH

LEDUM 7 CH

RHUS TOX 5 CH

POUMON HISTAMINE 7 CH

Poursuivre avec :

SULFUR 9 CH : une fois par semaine jusqu’à fin septembre.

PVB Drainage cutané par cures de 3 semaines tous les 2 mois jusqu’à fin septembre.

Le PVB est une préparation de chez Boiron pour le drainage cutané.

Chacun y va souvent de sa petite préparation maison. Il existe aussi sur le marché des tas de produits pour la dermite estivale. Ils sont souvent très chers et inefficaces.

DESENSIBILISATION

Une technique d’avenir

La DERE n’est finalement qu’une réaction exagérée de l’organisme du cheval face à un allergène apporté par les culicoïdes. Peut-on modifier cette réponse ? En principe oui, mais les résultats obtenus jusqu’à présent ne sont pas suffisants. Le principe de l’immunothérapie consiste à injecter dans l’organisme l’allergène à des concentrations croissantes et à intervalles réguliers. Ces doses sont trop faibles pour induire une réaction allergiques, mais suffisantes pour que le système immunitaire « reconnaisse » l’allergène comme une substance habituelle contre laquelle il ne faut pas lutter. Les études sont encore parcellaires mais très encourageantes, à ceci près que le traitement doit être apparemment administré à vie par injections. Par ailleurs, les extraits de culicoïdes destinés à cette immunothérapie ne sont pas encore produits à grande échelle.

Ce traitement est à commencer en hiver pour que le cheval arrive protégé au printemps.

J’ai personnellement expérimenté cette désensibilisation sur un de mes chevaux.

Dans mon cas elle n’a été d’aucune utilité.

Pour les personnes intéressées, le laboratoire ALLERBIO tel 03 29 80 71 62 commercialise des extraits de culicoïdes. Votre vétérinaire peut rentrer en contact avec ce labo pour en obtenir et avoir tous les renseignements nécessaires pour cette désensibilisation.

En final, on peut voir que la cure miracle n’existe pas. C’est en combinant des mesures sanitaires et médicales que l’on peut en diminuer la gravité sinon l’incidence.

Références :

Cheval santé n° 8 de juin-juillet 2000

Marie-Noelle Issautier vétérinaire chez Boiron

http://www.galopin-fr.net rubrique dermite estivale. Un site intéressant à visiter.

http://sweet-itch.com un site intéressant en anglais sur la dermite estivale. On y trouve les fameuses ‘boett-blanket’, couvertures moustiquaires.

     Anne-Sophie VIENOT

Mise à jour d’après le Phryso N°43 – Mars 2001

******





Pour Info, le laboratoire E.S.C. propose un produit "HIPPO DERMITE" à base de plantes qui agissent efficacement contre les acariens phanérophages et l'infection d'herbacés parasitaires.


Contact : Entretien & Soins du cheval
22, route de La Charité
18350 MORNAY-BERRY
Tél : 02 48 77 53 40 - Fax 02 48 80 28 59
E-mail : esc.cheval@wanadoo.fr